About

PRÉOCCUPATION ARTISTIQUE

L’environnement, c’est le champ qui m’est donné parce que d’une certaine façon, je me l’approprie. Le moyen de cette appropriation vient de ma démarche artistique. Littéralement, je foule aux pieds un territoire avec une allure qui m’est propre. Cela signifie que j’expérimente en artiste ce que d’autres, animaux, propriétaires, exploitants, sportifs, promeneurs occupent de diverses façons.

À titre d’exemple :

La pierre angulaire de mon travail c’est un arbre qui pousse sous une grosse roche. Cet arbre s’adapte à une situation qui n’est pas la sienne. Dans trente ans la pierre sera supportée par cet arbre. L’installation qui aide à cette rencontre aura complètement disparu. On y verra qu’un phénomène naturel. Une force d’adaptation qui est propre à la nature. Un événement qui nous plonge dans une autre échelle temporelle, celle de la croissance de l’arbre. Slow life ou slow art

Dans ce cas-ci, je fonctionne par mimétisme. On a souvent vu des arbres dans des situations de croissance exceptionnelle. Pour ce projet je n’ai que provoquée la situation

Qu’il s’agisse de mimétisme, d’appropriation ou d’adaptation mes interventions tire du lieu les éléments les plus significatifs. On parle de création contextuelle. Avant d’arrivé à un produit fini, comme le créateur de logotype d’entreprise (de marques), je récolte toue sorte d’indice en lien avec mon sujet. Les étapes de ce processus découlent souvent de l’expérience et des observations que j’ai d’un lieu. Je synthétise les données et en crée un symbole. L’arbre et la glace sont récurent dans mon travail

C’est probablement (l’appartenance au territoires)ma nordicité qui m’insiste à travailler avec ces deux éléments.

(Territoire aux longs hivers et aux immenses fores)

L’essentiel de la démarche décrite ci-dessus se situe au niveau du lieu dont chacun se forme une idée personnelle. Chacun met au point des moyens et des stratégies pour le comprendre et pour s’orienter.

L’idéal pour ce qui est de mon travail serait de toujours plonger le spectateur en un lieu propre au projet. De le faire progresser dans un parcours jusqu’à l’objet énoncé. Cet exercice permet d’entrer en un rituel qui nous mène à une tout autre perception de l’œuvre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s